La FDGDON de la Manche, organisme à vocation sanitaire

gallery/fdgdon-manche (1)
gallery/ragondin

LA LUTTE COLLECTIVE ET OBLIGATOIRE

 

Avec l’arrêt de l’emploi des anticoagulants en 2007, un nouveau programme de lutte collective par piégeage est en cours de mise en place sur le département de la Manche. Celui-ci prévoit, au travers d’une approche par bassin versant, la constitution de réseaux de piégeurs par commune, la mise à disposition de piéges et l’octroi d’une prime à la capture sur une base de 3,50 € / témoin si le cadavre (ragondin ou rat musqué) a été éliminé selon le plan d'équarrissage de la FDGDON.

Ces travaux sont conformes à l’Arrêté Préfectoral de Lutte Collective de 2007 et l'Arrêté Préfectoral de Lutte Obligatoire de 2012.

 

La mise en place de ce programme a pu être initiée en 2008 / 2009 sur les bassins versants de la Douve, la Taute, la Sienne, l’Ay, les Côtiers Granvillais et la Sélune, puis les Côtiers Ouest Cotentin en 2010, puis la Sée en 2011, puis la Sinope en 2013 et la Saire, la Divette, la Vire et le Couesnon en 2014.

Rappelons que ces travaux de piégeage sont rendus possibles grâce la participation de l’ensemble des collectivités des bassins versants cités ainsi que du Conseil Départemental de la Manche.

 

Ainsi, plus de 1500 piégeurs se sont inscrits dans les réseaux communaux, qu’ils soient piégeurs agréés (dont les membres de l’Association des Piégeurs Agréés de la Manche), chasseurs, pêcheurs, agriculteurs,… se sont vu remettre des cages en fonction de leurs besoins et sont récompensés par une prime à la capture.

Leur mobilisation sur les bassins versants concernés permet la capture de plus de 30.000 rongeurs aquatiques chaque année !

 

En parallèle, la FDGDON de la Manche a mis en place un plan d'élimination, des cadavres régulés, via le service public d'équarrissage. Ainsi, plus de 70 congélateurs et bacs d'équarrissage ont été répartis sur le département et rendus accessibles pour les piégeurs inscrits à la lutte collective.

En 2019, plus de 100 tonnes de cadavres de nuisibles ont donc été éliminées via ce plan. La FDGDON remercie toutes les personnes qui participent à cette action, favorisant la protection sanitaire.

 

Toutes les personnes intéressées pour contribuer à l’effort de lutte contre le ragondin et le rat musqué peuvent contacter la Fédération Départementale de Défense contre les Organismes Nuisibles de la Manche et intégrer les réseaux de piégeurs. Il n'est pas nécessaire de détenir un agrément de piégeur.

UNE PARTICIPATION DES COLLECTIVITES INCONTOURNABLE

 

Les collectivités, fonction du niveau de compétence, sont appelées à s'engager dans la lutte collective contre les rongeurs aquatiques nuisibles. Leur participation permet l'expression des travaux sur les bassins versants de la Douve, la Taute, l'Ay, la Sienne/Soulles, les Côtiers Granvillais, la Sélune, les Côtiers Ouest Cotentin, la Sée et la Sinope, la Vire, la Saire, la Divette et le Couesnon.

 

La FDGDON remercie les communautés d'agglomération et les communautés de communes suivantes : Le Cotentin, Côte-Ouest-Centre-Manche, Saint-Lô-Agglo, Coutances-Mer-et-Bocage, Villedieu-Intercom, Granville-Terre-et-Mer, Mont-Saint-Michel-Normandie.

En outre, le secteur de la Baie-du-Cotentin fait l'objet d'une participation disparate des communes. La FDGDON espère une prise de compétence au niveau intercommunal en 2020, permettant de couvrir l'ensemble du territoire.

 

En outre, la FDGDON remercie le Conseil départemental de la Manche, pour son soutien financier à la lutte collective.

LES RONGEURS AQUATIQUES INVASIFS.

 

Le ragondin et le rat musqué : 2 espèces invasives et nuisibles.

 

Redoutables colonisateurs, les ragondins et rats musqués ont envahi la quasi-totalité des rivières et marais du département de la Manche. Or, cette présence n’est pas sans générer des nuisances et dégâts qui se traduisent par l’effondrement des berges, l’envasement des cours d’eau et donc une dégradation de l’habitat aquatique, la fragilisation des ouvrages hydrauliques, la destruction des zones de frayères, un impact sur la biodiversité aquatique…

De même, ils représentent une nuisance pour les activités agricoles puisqu’ils sont responsables de dégâts aux cultures (maïs, blé, cultures légumières…), de la dégradation des bords de champs avec un risque de blessure pour les animaux ou d’accident d’engins agricoles et d’un risque de transmission de parasites nuisibles aux élevages (leptospires, douve du foie …).

Il peut aussi transmettre des maladies à l’Homme, la Leptospirose, la plus connue, est présente dans notre région. Il convient alors que les usagers du cours d’eau doivent rester vigilants et se protéger en utilisant des gants de protection.

DOCUMENTS EN TELECHARGEMENT

 

Plaquette du piégeur : gallery/plaquette rongeurs aquatiques a4 2020-05-01.pdf

 

gallery/rat musque
gallery/cd50